Livres audio gratuits pour 'Jules Barbey d’Aurevilly' :


DIVERS – Un bouquet de nénuphars poétiques

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 30min | Genre : Poésie


Nénuphar

« Et dans l’air parfumé leur tige se balance… » Edmond Rostand.

Le nénuphar ou nénufar est une plante aquatique de l’ordre des Nymphéales.
Nénuphar est un nom vernaculaire ambigu en français, car désignant tant des espèces du genre Nymphaea, telle le blanc, que du genre Nuphar, telles le jaune le nain et de Spenner.

Nénuphar est emprunté, par l’intermédiaire du latin médiéval, à l’arabe nainufar, ninufar, au persan nilufar emprunté au sanskrit nilotpala, lotus bleu.

L’Académie française écrit « nénufar » de 1762 à 1935.
Puis, par rapprochement sémantique, avec les nymphes et les Nymphaea, « nénuphar » est adopté.
Les rectifications de 1990 préconisent de revenir à « nénufar », du fait de l’origine arabo-persanne.
En 1991, éclate… la « guerre du nénuphar/far », polémiques à propos des rectifications orthographiques. (Wikipédia).

Le Lotus symbolise l’accomplissement spirituel de l’être.
Le lotus bleu était une fleur sacrée, en Égypte, attribut de Néfertem, « Seigneur des Parfums », et appelé nen-nufer. (Source : Lotus).

… etc…

Car… le symbolisme associé à cette plante, et à sa fleur, est vaste et varié.

Laissons la poésie entrer en scène… avec Rostand, Dantin, Silvestre, Barbey d’Aurevilly, Rodenbach, Haraucourt et Mallarmé.

Illustration : Nénuphar (Pixabay).

> Écouter un extrait : L’Intégrale.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 700 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules Amédée – Une histoire sans nom (Version 2)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 35min | Genre : Romans


Une histoire sans nom, illustration d'Auguste-François Gorguet

Une histoire sans nom (1882), histoire étonnante, roman très noir, drame terrible dans un univers étouffant. Une mère au « tempérament de feu », violente, austère, dévote à l’excès s’oppose à sa fille Lasthénie (« Lasthénie ! un nom des romances de ce temps-là ; car tous nos noms viennent des romances chantées sur nos berceaux ! »), innocente et naïve qui a été violée par un inconnu.

Barbey d’Aurevilly nous mène des Cévennes en Normandie, accumulant les mystères avant de dévoiler la vérité dans les dernières pages.

Mieux vaut laisser le lecteur se demander si le P. Riculf, le capucin soupçonné, dès le début, est bien le coupable…

« Ce lut vraiment là une histoire sans nom ! un drame étouffant et étouffé entre ces deux femmes du même sang, qui s’aimaient pourtant qui ne s’étaient jamais quittées, qui avaient toujours vécu dans le même espace, mais dont l’une n’avait jamais été mère, ni l’autre fille, par la confiance et par l’abandon… Ah ! elles payaient cher maintenant la réserve et la concentration réciproques dans lesquelles elles avaient vécu. »

> Écouter un extrait : Chapitres 01 et 02.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 394 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Les Prophètes du passé (Introduction)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Philosophie


Les Prophètes du passé

En 1851 paraissent simultanément et étonnent la critique Une vieille maîtresse, roman de mœurs aux pages sensuelles et passionnées, et Les Prophètes du passé, pamphlet catholique et monarchiste dont nous vous proposons l’Introduction dans laquelle Barbey d’Aurevilly, familier des philosophes, expose sa vision des temps modernes. Jugé très différemment, « duc de Guise des lettres françaises » et « scélérat plein de talent » (Lamartine), « formidable imbécile », à en croire Victor Hugo, « le seul artiste, au sens pur du mot, que produisit le catholicisme de son temps » selon Huysmans, il se montre dans cette préface très anti-luthérien, anti-cartésien, anti-socialiste, mais l’exposé de « sa » philosophie a le mérite d’être clair pour tout lecteur.

« Quelles que soient les prétentions de la Philosophie et la force relative des systèmes qu’elle a produits par la tête de ses plus illustres penseurs, elle n’est au fond, quand on y regarde, qu’un grand essai de méthode incessamment repris par l’intelligence humaine pour arriver à la Vérité. Pressez en effet et tordez cette notion de philosophie et vous verrez s’il en sortira jamais rien de plus sous une forme ou sous une autre qu’une pensée de méthode, un moyen d’investigation supérieure, une tentative de haute stratégie intellectuelle. »

« Il s’est rencontré deux espèces de Philosophie, la philosophie qui part de la conception de Dieu pour arriver à l’homme et aux Sociétés, et la philosophie qui ne veut partir que de la connaissance de l’homme pour s’élever à la notion supérieure de Dieu et des lois, conséquences de son être ; la philosophie enfin qui éclaire les obscurités du Fini par les clartés intelligibles de l’Infini, et celle qui, par des raisonnements auxquels il manque toujours des termes, croit pouvoir expliquer le Créateur par la créature. »

Les Prophètes du passé (Introduction).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 169 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Du dandysme et de George Brummell

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 40min | Genre : Essais


Honoré Daumier - Dandy

À la fois biographie et essai philosophique, cette œuvre de Barbey d’Aurevilly dresse le portrait de George Brummell (1778-1840) qui soumit à son goût la high class londonnienne.

Admiré du futur George IV et par Byron, Brummell, criblé de dettes, dut s’exiler en France où il connut la déchéance et, devenu dément, il mourut à l’hospice.

Dans ce texte, Barbey d’Aurevilly analyse les conditions de l’avènement du dandysme et défend l’éclat et la grâce de ce personnage extraordinaire.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 635 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Le Chevalier des Touches

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 5h 3min | Genre : Romans


lechevalierdesto00barb 0011

Le Chevalier des Touches (1864) est un roman historique, qui tient aussi du roman d’aventures, de l’épopée et du conte fantastique, et qui conte en outre une belle histoire d’amour. Il a pour cadre la presqu’île du Cotentin, où était né et avait grandi Jules Barbey d’Aurevilly (1808-1889). Le héros est un « Chouan » (royaliste) et un agent secret, dont les fréquentes traversées de la Manche, au nez et à la barbe des « Bleus » (républicains) en font un gibier de choix. Victime d’une trahison, il est finalement capturé et condamné à la guillotine. Douze de ses compagnons d’armes les plus résolus parviendront-ils à le libérer à temps ?
Cet épisode tardif de la guerre des Chouans, basé sur un fait réel, est conté trente ans plus tard – par la seule femme ayant participé à cette périlleuse entreprise – à un petit cercle d’amis de la ville de Valognes, royalistes désenchantés mais heureux de revivre un passé dramatique et glorieux. Le rythme de l’action est d’abord un peu lent, mais s’accélère ensuite, et les amateurs d’émotions fortes ne seront pas déçus.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 502 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Deux Anecdotes d’après souper

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 12min | Genre : Nouvelles


Cirque des Champs-Elysées

Un souvenir de 1886 écrit par l’auteur des Diaboliques pour les amoureux du vieux Paris.

« Il y a une huitaine de jours, nous soupions (quelques bons compagnons, good fellows, comme ils disent si joyeusement en Angleterre), chez Besse, aux Champs-Élysées, sur la terrasse du côté gauche, aux sons voisins de la musique du Cirque, hachés, en mesure, par le claquement rythmique des fouets, qui font cette musique tout à la fois équestre et sauvage… Que de fois je l’ai écoutée, en rêvant que j’étais clown ou postillon ! »

À noter, pour mieux situer l’histoire, que Côté nord Champs-Élysées et en bordure de l’avenue Matignon s’élevait avant 1900 le Cirque d’Été construit par Hittorf de 1841 à 1843. La statue équestre, œuvre de Pradier, qui en ornait le fronton représentait Mlle Lejars, écuyère. Le directeur Franconi avait débuté là en 1835 sous une tente, puis le cirque construit s’appela Cirque National de 1843 à 1853, cirque de l’Impératrice pendant l’Empire et Cirque d’Été après 1870. lI fut démoli en 1900.

Deux Anecdotes d’après souper.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 374 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Amaïdée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 40min | Genre : Poésie


Amaïdée

Amaïdée est un poème en prose que Barbey d Aurevilly écrivit, jeune, en 1835 et qui ne fut publié que l’année de sa mort ; à la fin du poème on lit : « Quand il écrivit ces pages, l’auteur ignorait tout de la vie. L’âme très enivrée alors de ses lectures et de ses rêves, il demandait aux efforts de l’orgueil humain ce que seuls peuvent et pourront éternellement – il l’a su depuis – deux pauvres morceaux de bois mis en croix. Jeudi saint, 18 avril 1889. »
Trois personnages : le Poète Somegod (« quelque dieu ») qui doit être Maurice de Guérin, créateur du Centaure, le Philosophe Altaï en qui se peint l’auteur et une femme, Amaïdée, ancienne prostituée qui accompagne Altaï. « À eux trois ne représentaient-ils pas l’Amour, la Poésie et la Sagesse ? … Tout se tient, tout s’enchaîne, tout est un dans l’homme et dans la Nature : la vie de l’âme est aussi mystérieuse que la vie du corps ; mais c’est également de la vie. »

Naïve exaltation juvénile, parfois grande profondeur, mais toujours de très belles envolées lyriques :

« Écoute-moi, ô Amaïdée ! – dit Altaï. – L’amour passe, et la vertu demeure. Si je t’ai entraînée avec moi, ce n’était ni comme une victime ni comme une esclave. Je ne suis point un de ces insolents triomphateurs de l’âme des femmes, chassant devant eux les troupeaux qui leur serviront d’hécatombes. »

« Quand les hommes cherchent la solitude, quand on les voit se rejeter au sein quitté de la Nature, on les juge d’abord malheureux. Peut-être ce jugement n’est-il pas trop stupide pour le monde ; car jamais la Nature n’est plus belle que quand nous avons le cœur brisé. Mais le mystère, l’éternel mystère, c’est la Douleur, cet ange à l’épée flamboyante, qui nous pousse du monde au désert et de la vie à la Nature, et qui s’assied à l’entrée de notre âme pour nous empêcher d’y rentrer si nous ne voulons périr. »

« Souvent c’était une église abandonnée, parfois un sépulcre écroulé ou un colombier où ne s’abattaient plus les sonores volées de pigeons, mais où il en revenait parfois un ou deux peut-être, mélancoliques et bientôt repartis d’un vol rapide, comme les souvenirs dans nos cœurs ! Tantôt ils restaient sur les grèves, assis sur quelque banc de coquillages, suivant de l’œil la mer qui s’en allait, triste et éternelle voyageuse dont le manteau bleu traîne à l’horizon, quand elle est le plus loin, comme pour empocher l’ordinaire oubli de l’absence. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 578 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Les Diaboliques (Œuvre intégrale)

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 14h 43min | Genre : Nouvelles


Jules Barbey d'Aurevilly - Les Diaboliques, frontispice de Félicien Rops

Les Diaboliques est un recueil de six nouvelles de Jules Barbey d’Aurevilly, publié pour la première fois en 1874 et disponible dans son intégralité sur Littérature audio.com :

- Le Rideau cramoisi (Version 1, Version 2),
- Le Plus Bel Amour de Don Juan,
- Le Bonheur dans le crime,
- Le Dessous de cartes d’une partie de whist,
- À un dîner d’athées,
- La Vengeance d’une femme (Version 1, Version 2).


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 8 475 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Jules Barbey d’Aurevilly :


123>