Livres audio gratuits pour 'Wilkie Collins' :


COLLINS, Wilkie – Le Secret

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 16h 26min | Genre : Romans


Wilkie Collins

En cette nuit d’été du 23 août 1829, sur la côte déchiquetée des Cornouailles, la résidence d’été des Treverton n’est que silence et ténèbres.
En effet, le manoir tout entier est suspendu aux battements de cœur de la maîtresse de maison, qui ne tarde pas à rendre son dernier souffle, laissant derrière elle un époux accablé, une fille en pleurs, mais aussi un certain nombre de questions.
Que contient donc cette mystérieuse lettre, confiée par Mrs Treverton à sa femme de chambre avant de mourir ? Quel terrible secret Sarah Leeson préfère-t-elle, avant de disparaître, dissimuler dans la demeure familiale, s’opposant ainsi à la dernière volonté de la défunte ?
Un secret en tout cas suffisamment destructeur pour que, des années plus tard, la domestique sorte de son silence afin d’empêcher Rosamond Treverton de retourner sur les lieux de son enfance, au risque d’y perdre son âme…

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 659 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – La Pierre de Lune

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 19h 37min | Genre : Romans


books moonstone lovell

Qui a volé la Pierre de Lune, ce magnifique diamant rapporté des Indes, qui disparaît alors même qu’il vient d’être offert à Rachel Verinder le soir de son de dix-huitième anniversaire ? Est-ce une jeune servante, au passé douteux, un des invités à la fête, ou Rachel elle-même, dont le comportement étrange éveille les soupçons du Sergent Cuff, de la police de Londres ? Et que penser des trois Indiens qui rôdent autour du domaine et semblent aussi intéressés par ce diamant ? La découverte du coupable, après bien des rebondissements, déjouera tous les pronostics et surprendra l’intéressé lui-même.

Paru en 1868, soit neuf ans après La Femme en Blanc, l’autre grand succès de Wilkie Collins, La Pierre de Lune est lui aussi un « roman à sensation » ou à suspense, qui passe pour avoir en outre créé un genre littéraire nouveau. En effet, le poète et critique T.S. Eliot le considère comme de « le plus long et le meilleur des romans policiers modernes », jugement confirmé par une maîtresse du genre, Dorothy L. Sayers. Le roman partage avec La Femme en Blanc une structure originale, dans la mesure où chaque portion de l’intrigue est relatée par un protagoniste différent, qui peut intervenir plusieurs fois.
Force est de reconnaître que la traduction de Marguerite de Vaudreuil, qui n’est pas sans mérite, a beaucoup vieilli. Sous sa plume un « anniversaire » est un « jour de naissance ». L’accumulation des passés simples (« Que fîtes-vous quand vous m’aperçûtes ? ») et des imparfaits du subjonctif (« De quelque côté que nous tournassions les yeux… ») peuvent agacer ou prêter à sourire.
Il reste que ce roman est un des chefs-d’œuvre de la littérature d’Outre-Manche et un livre qui se lit bien.

Traducteur : Marguerite de Vaudreuil, Comtesse Gédéon de Clermont-Tonnerre (1824-1881).

> Écouter un extrait : Prologue.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 952 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – Baisers furtifs, conte de Noël anglais

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 2h 35min | Genre : Contes


424px-Dicksee-The End of the Quest-1921

William Wilkie Collins (8 janvier 1824-23 septembre 1889) est un écrivain britannique de l’époque victorienne, contemporain et ami de Charles Dickens. Très populaire de son vivant, il est l’auteur de 27 romans, plus de 50 nouvelles, au moins 15 pièces de théâtre et plus de 100 essais.

Ses romans les plus connus sont Mad Monkton, La Femme en Blanc, L’Abîme, L’Hôtel hanté présents sur le site. Mais il a également écrit un conte de Noël, Baisers furtifs, qui met en scène une belle jeune fille, son amoureux, et le méchant, bien entendu…

Traduction anonyme (1872).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 41 964 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – Mad Monkton

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 3h 5min | Genre : Romans


Mad Monkton

« Alfred Monkton baissa tout à coup la voix d’un air mystérieux.
- Je crois à la prophétie, parce que Stephen Monkton lui-même se tient là, debout au moment où je parle , et me confirme dans cette croyance…

Etait-ce l’horreur solennelle qui se peignait sur son visage, au moment où il se tourna vers moi ?
Etait-ce que n’ayant jamais cru aux bruits répandus sur sa folie, je me voyais tout à coup forcé de me rendre à cette effrayante conviction ? – Véritablement, je ne saurais le dire : mais, tandis qu’il parlait, je sentais mon sang se figer dans mes veines […], et j’avais conscience que je n’aurais jamais osé tourner la tête pour regarder ce qu’il me montrait ainsi derrière mon épaule. »

Mad Monkton constitue l’une des rares incursions de Wilkie Collins dans le fantastique. Il met au service de ce genre son sens de l’intrigue et du détail ; il en résulte un fantastique subtil et délicieusement victorien.

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).

Illustration : Portrait d’un gentleman, artiste inconnu (1809).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 004 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – La Femme en blanc

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 29h 22min | Genre : Romans


La Femme en blanc

La Femme en blanc, roman à sensation (« sensation novel ») ou à suspense, dont le succès ne s’est jamais démenti depuis sa parution en 1860, conte l’histoire très romantique d’un bel amour contrarié, qui tient à la fois du « thriller » – le mot n’avait pas encore été inventé – et de l’intrigue policière.

Walter Hartright, jeune professeur de dessin, tombe amoureux d’une de ses élèves, la jolie Laura Fairlie, hélas déjà promise par son père à Sir Percival Glyde, qu’elle déteste et qui l’épouse dans le seul but de lui extorquer sa fortune. Il y parviendra, du reste, avec l’aide de son ami italien, le Comte Fosco, et par le biais d’une sombre machination fondée sur la ressemblance physique étonnante entre deux jeunes femmes : Laura, la malheureuse épouse, et Anne Catherick, la mystérieuse « femme en blanc » rencontrée naguère en pleine nuit et sur une route déserte, par le héros, alors qu’elle venait de s’échapper d’un asile d’aliénés, où elle affirmait avoir été frauduleusement incarcérée. C’est la scène la plus célèbre du roman.
Après bien des épreuves et d’innombrables péripéties et rebondissements – parfois mortels -, les efforts conjugués de Walter Hartright et Marian Halcombe, maîtresse femme toute dévouée à sa demi-soeur Laura, auront-ils finalement raison de la scélératesse et de la turpitude des deux « méchants », Percival et Fosco ? C’est ce combat sans merci et longtemps indécis, qui fait l’objet de la troisième et dernière « époque » du roman.

On raconte que Gladstone (1809-1898), chef de file du parti libéral et quatre fois premier ministre, renonça inopinément à une soirée au théâtre prévue de longue date, afin de pouvoir achever la lecture du roman et connaître la fin de cette passionnante histoire !

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).

> Écouter un extrait : Préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 176 461 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DICKENS, Charles et COLLINS, Wilkie – L’Abîme

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 7h 10min | Genre : Romans


L'Abîme

Walter Wilding, placé à l’Hospice des Enfants-trouvés, est retrouvé par sa mère. Quand celle-ci meurt, il apprend que, par suite d’une confusion, il n’est pas le fils biologique de celle qui l’a élevé depuis l’âge de douze ans. Son honnêteté le pousse à rechercher le véritable héritier de la fortune de Mme Wilding. Nous reconnaissons le même point de départ (l’Hospice) que dans Oliver Twist, écrit trente ans plus tôt…

Pourquoi L’Abîme ? « Vendale essaya de rappeler ses pensées qui le fuyaient ; il voulut parler, mais en vain. Instinctivement il cherchait le bâton ferré qui s’était échappé de ses mains, il ne put le saisir. Alors, il essaya de se relever sans ce secours… En vain, en vain ! Il trébucha et tomba lourdement au bord d’un abîme… »

No thoroughfare (littéralement Voie sans issue) est à l’origine une pièce de théâtre co-écrite en 1867 par Charles Dickens et Wilkie Collins, la dernière collaboration du tandem d’écrivains. Représentée à Londres dès la même année, elle connut immédiatement un succès énorme et fut traduite en français, sous le titre de L’Abîme, et représentée à Paris en 1868. La popularité de la pièce fut telle que l’histoire fut éditée de nombreuses fois en l’espace de quelques années, souvent sous forme de roman (découpé en actes comme la pièce de théâtre) ; des éditions pirates circulèrent et même certaines éditions furent publiées à partir d’une traduction en anglais de la traduction française !

Traduction : Madame Judith de la Comédie Française, (pseud. de Judith Bernard Derosne, 1827-1912).

> Écouter un extrait : Ouverture.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 918 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

COLLINS, Wilkie – L’Hôtel hanté

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 8h 5min | Genre : Romans


Collins

Wilkie Collins (1824-1889), ami de Charles Dickens (1802-1870), contemporain d’Emile Gaboriau (1832-1873) et précurseur du roman policier en Angleterre a précédé Conan Doyle (1859-1930). Auteur à succès, son plus court roman L’Hôtel hanté dure déjà huit heures de lecture ! C’est une sombre histoire de fantômes dans un hôtel hanté à Venise, à l’époque victorienne.

Qui est vraiment la comtesse Narona ? Une veuve manipulatrice en apparence respectueuse des usages de la haute société victorienne ? Une intrigante prête à tout pour toucher une prime d’assurance sur la vie de son époux ? Ou bien la victime de craintes superstitieuses sur laquelle le destin semble s’acharner ?

Traducteur : Henri Dallemagne (1889).

> Écouter un extrait : Première partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 20 112 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |