Livres audio gratuits pour 'Esperiidae' :


AUSTEN, Jane – Lady Susan

Donneur de voix : Projet collectif | Durée : 2h 42min | Genre : Romans


Lady Susan

« Oh, combien il était délicieux de suivre les changements de sa physionomie tandis que je parlais ! De voir cette lutte entre la tendresse qui revenait et ce qui restait de son courroux ! C’est plutôt agréable d’avoir une sensibilité aussi malléable : non que je la lui envie, non que je voudrais, pour l’amour du ciel ! être comme lui, mais c’est bien pratique quand vous voulez influencer les passions des autres.

Mais [...] je ne puis cependant pas lui pardonner cet accès d’orgueil, et je me demande si je ne vais pas le punir en le congédiant juste après cette réconciliation, ou en l’épousant afin de le torturer toute sa vie. »

Lady Susan dépeint les intrigues de Lady Susan Vernon, veuve manipulatrice mais terriblement séduisante, à la recherche d’un bon parti pour elle-même ou sa fille Frederica.

Ce roman épistolaire, écrit en 1794, ne fut publié qu’en 1871. La jeune Jane Austen, âgée de 19 ans, y déploie déjà son talent, son intelligence des situations et son humour caustique.

Traduction : Vincent de l’Épine.

Illustration : John Singer Sargent, Portrait of Lady Agnew of Lochnaw (1892).

> Écouter un extrait : Lettres 01 à 05.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 130 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

PICHLER, Caroline – Agathoclès, ou Lettres écrites de Rome et de Grèce au commencement du quatrième siècle (Tome 2)

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 4h 18min | Genre : Romans


Agathoclès

Dans La Revue des romans parue en 1839, Pierre Augustin Eusèbe Girault de Saint-Fargeau présentait ainsi Agathoclès :
« C’est une époque bien digne de considération que celle où le vieux polythéisme, croulant de toute part, disputait encore l’empire du monde au christianisme prêt à s’établir sur ses ruines. Deux écrivains, dans ces derniers temps, ont imaginé de retracer cette époque : M. de Châteaubriand dans les Martyrs, et Mme de Pichler dans Agathoclès. Les deux ouvrages diffèrent absolument par le genre : l’un est une épopée en prose à la manière de Télémaque ; l’autre est un simple roman en forme épistolaire. Mais outre les rapports accessoires que l’identité d’objets a dû produire naturellement entre les deux compositions, il existe entre la fable de l’un et la fable de l’autre des ressemblances capitales. Dans les Martyrs, une païenne se convertit à la foi chrétienne qui est celle de son amant ; dans Agathoclès, un païen, amant d’ une chrétienne, embrasse la religion de sa maîtresse. Dans les deux ouvrages, les deux amants sont les principaux personnages ; dans les deux ouvrages, l’amant est un des principaux appuis du christianisme, devient personnellement odieux au féroce Galérius, et, par suite de cette haine, est condamné à périr, s’il ne sacrifie aux dieux. Eudore meurt dans le cirque sous la dent d’un tigre ; Agathoclès était réservé au même supplice, mais, par une faveur spéciale, cette peine est commuée en celle de la décollation. – L’amour et la religion forment, pour ainsi dire, par moitié le sujet d’Agathoclès, s’y partagent le mérite d’intéresser, et quelquefois y sont fondus ensemble de manière à se fortifier l’un l’autre par les impressions diverses qu’ils produisent. L’amour et la religion sont mêlés dans la destinée d’Agathoclès et de Larissa ; ils règlent aussi en commun la destinée de deux autres amants, Florianus et Valérie. L’amour seul fait le sort d’un autre couple, moins touchant sans doute, mais plus brillant, le sort de Tiridate et de Sulpicie, que les sentiments de tendre amitié qu’ils professent pour Agathoclès et Larissa rattachent à l’intérêt principal. La belle et séduisante Calpurnie est un personnage fort piquant ; amie dévouée de Sulpicie, ayant pour Agathoclès dans le fond du cœur une passion qu’elle ignore ou qu’elle dissimule longtemps, faisant des folies pour prouver son amour quand elle ne peut plus se le cacher à elle-même, et lorsqu’enfin elle apprend que cet amour ne peut être partagé, accablant des marques de sa générosité et son insensible amant et l’heureuse rivale qu’il lui a préférée. Les autres personnages secondaires sont mus par différents sentiments, tels que l’ambition, la jalousie, la haine ; et les effets de ces passions coupables ont une influence plus ou moins forte, plus ou moins directe, sur la destinée des deux principaux personnages.
Le roman d’Agathoclès est celui des ouvrages de Mme Pichler qui a le plus contribué à la gloire de l’auteur ; il parut à la même époque que les Martyrs, et quoiqu’il n’égale pas l’ouvrage de M. de Châteaubriand, il lui fut comparé ; ce qui est déjà un grand honneur pour l’auteur. »

Traduction : Isabelle de Montolieu (1751-1832).

Illustration : Peinture numérique de Daniel Luttringer.

Accéder au Tome 1…

> Écouter un extrait : Livre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 228 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Guerre et paix (Seconde Partie : Chapitre 01)

Donneurs de voix : Esperiidae & | Durée : 3h 59min | Genre : Romans


Guerre et paix

Le prince André, retiré dans ses terres, affranchit ses serfs et construit des écoles. Il se rend dans les domaines de Riazan voir le comte Rostov pour affaires. Sa rencontre inattendue avec Natacha le trouble, tant la profonde joie de vivre de celle-ci contraste avec son propre pessimisme.

Pierre, à la tête de la franc-maçonnerie pétersbourgeoise, est plus tourmenté que jamais, ayant échoué à mettre en pratique ses idéaux. Au retour d’un long voyage à l’étranger, ses propositions novatrices sont rejetées par ses frères maçons et il quitte l’Ordre. Sa femme Hélène le supplie de refaire vie commune, ce que Pierre accepte. Il reprend son ancienne vie et tient un journal intime.

La situation financière des Rostov est difficile, le comte est mauvais gestionnaire. Véra, la fille aînée, épouse l’officier Berg et Natacha se délie définitivement de son engagement envers Boris. La jeune fille assiste nerveusement à son premier bal en l’honneur de l’empereur. Grâce à Pierre, André invite Natacha, qu’il revoit pour la première fois, et en tombe amoureux.

Dès lors il fréquente de plus en plus les Rostov ; Natacha éprouve pour lui des sentiments jusqu’alors inconnus. André révèle les siens à Pierre, surpris par la transformation de son ami. Il se rend ensuite à Lyssia Gori informer son père ; celui-ci, intransigeant, impose un délai d’un an avant le mariage. André fait enfin sa demande, au grand bonheur de la jeune fille qui accepte les longues fiançailles, mais André refuse qu’elle soit liée à sa parole.

Guerre et paix est un roman de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, ce livre narre l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier, notamment la campagne de Russie en 1812. Léon Tolstoï y développe une théorie fataliste de l’histoire où le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et où tous les événements n’obéissent qu’à un déterminisme historique inéluctable.

Extrait :

« – Maman, au nom du ciel, ne me demandez rien à présent, je ne puis rien dire !

Et cependant ce même soir, émue et terrifiée, les yeux fixes, couchée auprès de sa mère, elle lui conta tout au long, et ce qu’il lui avait dit de flatteur et d’aimable, et ses projets de voyages, et ses questions sur Boris et sur l’endroit où elle et les siens avaient l’intention de passer l’été : « Jamais, jamais, je n’ai éprouvé rien de pareil à ce que je sens maintenant… seulement, devant lui, j’ai peur ! Qu’est-ce-que cela veut dire ? sans doute que cette fois c’est… c’est cela, c’est le vrai ! Maman, vous dormez ? »

Traduction : Irène Paskévitch (1835-1925).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 966 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MOLIÈRE – Le Médecin malgré lui

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 1h 10min | Genre : Théâtre


Le Médecin malgré lui

Le Médecin malgré lui est une pièce de théâtre de Molière en trois actes de respectivement 5, 5 et 11 scènes en prose représentée pour la première fois le 6 août 1666 au Théâtre du Palais-Royal, où elle obtint un grand succès. Reprenant des motifs issus de la comédie italienne déjà utilisés dans Le Médecin volant et L’Amour médecin, Molière y ajoute des éléments tirés de la tradition de la farce française et de celle des fabliaux du Moyen Âge. La grivoiserie de certaines situations et la parodie des pratiques médicales de l’époque, qui constituent les principaux thèmes du Médecin malgré lui, dissimulent une dénonciation du charlatanisme, une satire de la crédulité, voire une critique de la religion.

> Écouter un extrait : Acte 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 975 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

YVARS, Alain – Un noir joyeux

Donneuse de voix : Esperiidae | Durée : 19min | Genre : Nouvelles


Édouard Manet - Portrait de Berthe Morisot

Passionné de peinture et d’écriture, Alain Yvars a décidé de marier les deux pour nous faire découvrir les œuvres et les peintres qu’il affectionne particulièrement, à travers une série de courtes nouvelles. Dans ses récits, les artistes sont, le plus souvent, replacés dans un contexte historique. On les regarde peindre et vivre. Le peintre Jean Devost, persuadé que la peinture n’était pas réservée qu’aux voyants, a décidé de mettre sur pied en Suisse des cours de peinture pour personnes handicapés de la vue. Il parlait de « Voir autrement ». De son côté, le Musée des Beaux-Arts de Lyon propose la découverte de ses œuvres par l’ouïe ou le toucher. Suivant ces exemples, ce premier récit propose une approche différente et nouvelle de la peinture : faire découvrir quelques œuvres de grands peintres, non plus par la vision des tableaux, mais uniquement par l’intermédiaire de l’ouïe. Ainsi, il pourra arriver, par la lecture, qu’un jeu de miroir finisse par s’installer entre les œuvres et les mots, créant un dialogue imaginaire avec l’artiste.

La principale source d’inspiration d’Alain Yvars sur l’œuvre et la vie d’Édouard Manet provient du catalogue de l’importante rétrospective qui se tint en 1983, à l’occasion du centenaire de la mort de l’artiste, au Grand Palais, à Paris. Il nous propose à travers Un joyeux noir une fiction retraçant la relation particulière et mystérieuse qui se noua entre Berthe Morisot, peintre française, membre fondateur du mouvement d’avant-garde que fut l’Impressionnisme, et Édouard Manet, considéré, à la fin des années 1860 par les futurs peintres impressionnistes, comme étant le maître d’une nouvelle vision de la peinture et leur porte-étendard. Un mélange de séduction, de complicité et d’admiration réciproque unira les deux artistes durant quinze années. Un amour s’était-il installé ? Pourtant, c’est le frère d’Édouard que Berthe épousera, en 1874… Édouard Manet meurt en 1883. Berthe Morisot en portera longtemps le deuil…

Vous pouvez découvrir la version écrite de ce livre audio, illustré des peintures décrites sur le site d’Alain Yvars.

Un noir joyeux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 892 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Guerre et paix (Première Partie : Chapitre 05)

Donneurs de voix : Esperiidae & | Durée : 3h 50 min| Genre : Romans


Guerre et paix

Sur la route de Saint-Pétersbourg, Pierre rencontre Ossip Alexéiévitch Basdéiew, un franc-maçon qui lui ouvre de nouvelles perspectives sur sa vie et lui enseigne les moyens de l’améliorer. Une fois dans la capitale, il fait son entrée dans l’ordre tandis que la bonne société pétersbourgeoise le méprise au profit d’Hélène. Voulant mettre en application les enseignements de la franc-maçonnerie, il se rend sur ses terres pour mettre fin au servage. Mais, trompé par son habile régisseur, il s’illusionne sur les applications concrètes de ses idées.

Il rend alors visite au prince André ; leurs retrouvailles sont cependant entachées par la vision profondément pessimiste de la nature humaine du prince, renforcée depuis la bataille d’Austerlitz et le décès de Lise. Pierre ne comprend pas André, mais à Lissy-Gori lui apparaît, pourtant, la force de leur amitié. Contre toute attente, la visite de Pierre influence inconsciemment son ami qui sort peu à peu de sa retraite.

Au mois de juin, la bataille de Friedland fait rage, puis est suivie d’un armistice. Rostow, se sentant tout isolé sans son ami, est inquiet au sujet de sa blessure. Il profite de la trêve pour se rendre à l’hôpital. À peine entré dans la simple bâtisse de pierres qui sert d’hôpital, Rostow est saisi à la gorge par l’odeur de pharmacie et de décomposition qui y règne. On l’emmène dans la chambre de son ami.

Extrait :
« « Vous cherchez Denissow… c’est mon compagnon !… Venez par ici, » et il l’emmena dans la chambre voisine, où l’on entendait rire aux éclats.
« Comment ont­-ils envie de rire ici ? » se demanda Rostow qui ne pouvait ni se débarrasser de l’odeur du mort, ni oublier les regards qui l’avaient suivi à sa sortie.
Denissow, la tête enfouie sous sa couverture, dormait encore, quoiqu’il fût déjà midi. »

Guerre et paix est un roman de l’écrivain russe Léon Tolstoï. Publié en feuilleton entre 1865 et 1869 dans Le Messager russe, ce livre narre l’histoire de la Russie à l’époque de Napoléon Ier, notamment la campagne de Russie en 1812. Léon Tolstoï y développe une théorie fataliste de l’histoire où le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et où tous les événements n’obéissent qu’à un déterminisme historique inéluctable.

Traduction : Irène Paskévitch (1835-1925).

> Écouter un extrait : Chapitre 05, 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 794 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MOLIÈRE – L’École des Femmes

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 2h | Genre : Théâtre


L'École des femmes, gravure de l'édition de 1719

L’École des femmes est une comédie de Molière en cinq actes et en vers, créée au théâtre du Palais-Royal le 26 décembre 1662.

La pièce, novatrice en ce qu’elle mêlait de manière alors inédite les ressources de la farce et de la grande comédie en vers, fut un immense succès, et suscita une série de débats connus sous le nom de « Querelle de L’École des femmes ». Cette querelle, habilement exploitée par Molière, lui donna l’occasion de répondre aux critiques qui lui avaient été adressées et de préciser son projet dramatique dans une comédie intitulée La Critique de l’École des femmes, représentée sur la scène du même théâtre au mois de juin de l’année suivante. (Wikipédia)

Depuis toujours, Arnolphe craint d’être trompé par sa femme. Il a rencontré un jour une très jolie petite fille, l’a achetée à sa nourrice et l’a fait élever dans une ignorance totale.

Une quinzaine d’années plus tard, il envisage d’épouser cette enfant, devenue une belle jeune fille, naïve et pure, telle qu’il la souhaitait. Mais il est obligé de s’absenter pour ses affaires, et un jour, alors qu’elle était « sur son balcon, à travailler au frais, un jeune homme bien fait… »

> Écouter un extrait : Acte 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 374 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STAMM, Marielle – L’Œil de Lucie

Donneuse de voix : Esperiidae | Durée : 5h 42min | Genre : Romans


Marielle Stamm - L'Œil de Lucie

Cela commence par un gâteau d’anniversaire dans lequel une petite fille plante son doigt, puis le lèche. Un geste de transgression générateur de fantasmes qui renvoie le lecteur à la célèbre Histoire de l’œil de Georges Bataille. Lucie souffre d’une malformation congénitale, son œil gauche ne verra jamais la lumière du jour, un drame découvert au cours du fameux goûter qui ouvre le roman. L’infirmité de l’héroïne va susciter sa vocation de peintre. (Extrait du quatrième de couverture)

Marielle Stamm est journaliste et écrivain. Née d’un père suisse et d’une mère française, elle étudie le droit à Aix-en-Provence puis part à Paris où elle obtient le diplôme de l’Institut d’études politiques. Elle suit les cours de l’École du Louvre. Pionnière en journalisme informatique, elle devient correspondante de l’hebdomadaire 01 Informatique, dès 1974. Elle couvre l’actualité de l’informatique en Suisse pour le Journal de Genève, puis Le Nouveau Quotidien. Dès 1982, elle dirige la société Edimont et crée ses propres journaux spécialisés dans le domaine. Depuis 2003, elle collabore activement aux projets du Musée Bolo, musée d’informatique hébergé à l’EPFL, à Lausanne.

En 2005, Marielle Stamm publie son premier roman : L’Œil de Lucie (aux Éditions de l’Aire), honoré du Prix Rambert 2007.

Je remercie infiniment Marielle Stamm, qui a consenti avec amabilité et générosité à l’enregistrement et à la publication de L’Œil de Lucie. Avec l’aimable autorisation des Éditions de l’Aire.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 987 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Esperiidae :