Jean Giraudoux

Les Contes d’un matin

Les contes que nous réunissons ici ont paru dans les colonnes du Matin et de Paris-Journal, au cours d’une période d’environ quatre ans, de 1908 à 1912. En 1908, Giraudoux avait vingt-six ans. Ces contes sont ses premiers écrits. Improvisés « pour le grand public », ils ont été ignorés jusqu’alors. Pourtant ils sont étincelants. L’humour, la fantaisie éclatent sans contrainte dans ces courtes pièces en une veine juvénile et truculente, qui nous rappelle constamment que Giraudoux est encore étudiant, joyeux et blagueur. […] L’importance et la qualité des Contes d’un matin sont évidentes : ils nous fournissent un merveilleux témoignage de la jeunesse de Giraudoux et de la jeunesse du siècle. (Source : quatrième de couverture de l’édition de référence. Bibliothèque électronique du Québec)

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Le Cyclope, Le Banc, D’un cheveu, L’Ombre sur les joues, Guiguitte et Poulet, La Lettre anonyme, La Surenchère, La Méprise.

Livre ajouté le 17/11/2021.
Consulté ~2 283 fois

Lu par Domi

Suggestions

15 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. @ Sautillant, non je n’ai jamais lu Modiano et j’ai découvert l’Apollon de Bellac grâce à votre message. Je suis très, très loin d’avoir votre érudition ! Un univers de découverte attend son inculte exploratrice…

    @ Domi, toutes mes reconnaissance et amitiés.

    Bonnes lectures et journée à tous !

  2. DOMI…

    La version texte est parfaite… l’ aversion écran qui m ‘ habite sera facilement dominée… on ne peut faire guère plus confortable et ce ne sera pas un pensum…
    Comme je vous l’ ai dit un jour… pour moi rien ne presse… vous publiez beaucoup ces temps-ci… des textes très intéressants dans leur variété… et je ne peux suivre votre cadence… Ne pensez qu ‘ à vos autres auditeurs…
    Bien cordialement… à une autre fois…

    @ Bonjour à vous ” Le Barbon “…

  3. Bonsoir Sautillant
    Je suis désolée.Un auditeur m’avait signalé un problème.
    Je croyais l’avoir corrigé.
    Apparemment ce n’est pas le cas.
    Je pense que mon ordinateur a eu problème.
    Je vais tout relire.
    Cela risque d’être un peu long. J’enverrai les livres un par un.
    Merci de m’avoir prévenue.
    Bonne soirée.

  4. DOMI… Bonsoir…

    Quel dommage ! L ‘ enregistrement m’ est inaudible… et Dieu sait que je ne suis pas un maniaque de la qualité sonore… Le niveau est très bas… et le son va et vient… s ‘ eloigne… se rapproche… Pas moyen de garder le fil d’ une phrase… Dommage… oui… car les bribes que j’ ai pu saisir… me font entendre un ton tout à fait à mon goût…
    Je ne sais si la chose peut se rattraper… et je me demande comment les choses se sont passées pour LÏAT… Bien… apparemment…
    Je me tournerai vers la version texte…
    Chère DOMI… mon cordial salut…

  5. @ Sautillant, j’ai fait une très ( trop ?) rapide recherche sur Youtube hier. Nombreuses versions étrangères de cette pièce mais pas celle que vous cherchez. Sur le site de l’Ina on trouve seulement une interview télévisée de Claude Rich sur ce sujet avec, si je me rappelle bien, un très bref extrait… Je n’ai pas réussi à saisir le lien. Il suffit d’aller sur Google taper ina et l’Apollon de Bellac…
    Avec une recherche plus approfondie vous trouverez peut-être… Je vous le souhaite.
    Bonne journée !

  6. @Sautillant
    La nuit, je hante le campus universitaire,
    juchée sur la face cachée de la lune.
    ******************************************************************
    J’ai fait une courte recherche sur J.Giraudoux:
    ce monsieur diplomate a beaucoup écrit;
    “Les cinq tentations de La Fontaine”, voilà un titre engageant (*◡*)

    Salutations du lundi, valides pour toute la semaine.

  7. Chère DOMI… Bonjour…

    Me voici fort appâté… Ce n ‘ est pas bien long… je ferai une pause entre deux MODIANO… qui me tient sous son CHARME par les temps qui courent… Je ne connais GIRAUDOUX que très superficiellement… et… ” le feeling ” est bon… mais on ne peut pas tout lire… M’ est resté en mémoire… c ‘ etait dans mes 15 ans…
    ” L’ Apollon de BELLAC “… à la télé… l ‘ ” ORTF ” alors… Ça m ‘ avait beaucoup plu… Claude RICH… magnifique acteur que j’ adorais… ( peut-être que ça peut se retrouver sur ” YOU TUBE “… ou ailleurs… je vais chercher… )…
    Votre infrequentable ” SAUTILLANT” vous souhaite un bon Dimanche d ‘ Automne…. et à la primesautiere LÏAT que je croise ici… ( dis-moi qui tu hantes…)…

  8. Chère Domi,
    Je n’en suis qu’au numéro 3, “D’un cheveu”, et je trouve
    votre lecture très divertissante !
    «Je sortais des bras de Mme Sherlock Holmes,
    quand je tombai, voilà ma veine, sur son époux.»
    Amusante phrase que voilà ! (⚈◡⚈)

    Grand merci à vous, toujours si intéressante à fréquenter.