Page complète du livre audio gratuit :


ZOLA, Émile – Fécondité

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 26h 21min | Genre : Romans


Zola-Fecondite

1er livre de la série des Quatre Évangiles, série qui fait immédiatement suite au cycle des trois villes : Lourdes, Rome et Paris.

« Je suis content surtout de pouvoir changer ma manière, de pouvoir me livrer à tout mon lyrisme et à toute mon imagination. » dit Zola.

Zola a voulu ce cycle ouvertement utopique. Mais ici, c’est une conception manichéenne de la société, qui a très mal vieilli.
Toutefois, on trouve des pages d’un réalisme digne de ses meilleurs romans.
Le livre fut remarqué par S. Freud, qui le rangea parmi les dix ouvrages les plus intéressants qu’il ait lus.

Ce roman sera suivi de Travail et Vérité

> Écouter un extrait : Chapitre 1.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Fécondité.zip




> Références musicales :

Felix Mendelssohn, Les Hébrides, Ouverture La Grotte de Fingal, Op. 26, interprété par l’Orchestre Philharmonia, dirigé par Otto Klemperer (1960, domaine public).

> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), ,

 

Page vue 14 812 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

19 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. florence le 22 mai 2013

    Merci beaucoup Pomme d’avoir choisi de lire ce titre qui sera suivi -je pense et l’espère – des Trois autres Evangiles !! Pour ma part je n’ai lu que Vérité, c’est effectivement très manichéen, une adaptation de l’affaire Dreyfus mais je suis impatiente d’écouter Fécondité. Zola a toujours regretté de ne pas avoir eu d’enfant avec sa femme, il en aura 2 avec sa maîtresse et ce fût, je crois, un véritable bonheur arrivé tardivement.
    Encore Merci.

  2. florence le 29 mai 2013

    Dieu que j’ai du mal à finir ce livre ! Je me force pourtant en espérant une fin pas trop convenue – ce qui m’étonnerait à vrai dire. C’est insupportable !
    Pas votre lecture Pomme non mais ce texte.Il est fort daté quant au traitement de la sexualité et de la condition féminine mais je me dis que certaines personnes que je ne nommerai pas pourraient y adhérer… »Frauder » – c’est à dire utiliser une contraception, coït interrompu j’imagine à cette époque – frauder donc rend évidemment la femme névrosée et décadente puisque l’acte sexuel n’est pas « abouti », ça dérégle tout chez la femme – notez que pour l’homme ça peut aller ! Il faut faire des enfants par hygiène mentale, physique et morale même si on ne peut que les abandonner à la naissance ( il parle toujours des femmes).Ne parlons même pas de l’avortement que Zola juge pire que l’infanticide ! Même si il y a eu viol et même inceste du père sur sa fille.Bon ça je peux comprendre, après tout ça ne fait pas si longtemps que c’est autorisé en France mais la contraception, là c’est trop. Et puis les enfants que les mères n’ont pas allaités deviennent chétifs, maladifs. Le héros bien sûr ne pratique pas la contraception, quelle magnifique famille, quelle mère superbe, quels enfants gentils et vigoureux ! Sa femme a un enfant à chaque fois qu’ils font l’amour, c’est à dire tous les 2 ans car monsieur n’y touche plus dès qu’elle est enceinte et jusqu’au sevrage du bébé qui marche déjà ! J’ai du mal à tenir le compte, je dois en être au 8ème enfant dans ma lecture , il se passe tellement de choses : car monsieur féconde également la Terre qui semblait stérile et ça marche tandis que son ami perd sa fille à la suite d’une opération douteuse de stérilisation volontaire (après un avortement, bien fait !) et dont la femme a elle-même succombé des suites d’un accident d’avortement : voilà ce qui arrive quand on ne veut qu’un enfant. Monsieur le Héros fait des enfants qui vont l’aider à la ferme c’est sûr ( je verrai) les enfants c’est fait pour ça : on se fait plaisir de temps en temps, et en fait tout le temps puisqu’on aime les enfants et puis ensuite ça sert. Je ne sais pas quelle sera la fin mais je pense qu’il ne se sera pas trompé et que ses enfants continueront sur la même voie tandis que tous ceux qui « fraudent » vont périr. Grandiose !Pour plaisanter un peu je laisse la parole à Sartre : (les femmes) « c’est vrai, ça pisse le sang tous les mois lunaires et c’est prolifique comme des raies par-dessus le marché » (L’Age de raison)

  3. pomme le 29 mai 2013

    A Florence: Vous en êtes à 8 enfants??? alors il en viendra encore quelques-uns!!!
    j’avertissais dans le billet que les idées de ce texte étaient obsolètes!!! (le sont-elles d’ailleurs vraiment pour tout le monde??? A en juger d’après les récentes manifestations de rue, on peut penser qu’elles séduisent encore une partie de la population actuelle, hélas…)
    Heureusement certaines pages rachètent ce lyrisme aussi excessif que désuet…En particulier sur le « marchandage » des nouveaux-nés, tout à fait ahurissant. Ce qui aurait bien dû cependant souffler à Zola d’autres utopies que la fécondité…
    Je lis actuellement le 2è tome: Travail, et, promis, j’enchainerai avec Vérité.
    Merci pour votre fidélité, chère Florence.

  4. Malead le 4 juin 2013

    Bien que partageant le point de vue de Florence, je pense néanmoins que cette œuvre est extrêmement intéressante, de même que les 2 autres de la série, pour tous ceux qui s’intéressent à Zola, à la critique sociale et, plus largement, à l’histoire des idées. Oui, les idées ont changé mais ce n’est pas inutile de savoir d’où l’on vient, même sous cette forme qui peu déconcerter ou exaspérer…
    Un grand merci, à Pomme et aux autres lecteurs, de rendre accessible l’intégrale de Zola, au-delà des Rougon-Macquart.

  5. karine le 1 juillet 2013

    Bonjour,

    Je voulais vous dire un grand meci pour ce livre, que je n’aurais surement pas lu s’il m’avais fallu lire, mais que j’ai pu écouter en travaillant grâce à vous.
    Je file écouter la suite. Merci encore !

  6. Fanette le 25 juillet 2013

    Merci beaucoup Pomme ! J’espérais pouvoir un jour écouter cette série des Quatre Évangiles. C’est désormais possible grâce à vous :-)

  7. Christie le 4 septembre 2013

    Merci pour cette lecture , La musique et votre voix : une pure merveille ! Vive les familles nombreuses ( nous sommes 10 ) et c’est un vrai bonheur même si nos parents simples ouvriers n’ont pas grand chose … pour nous les enfants toujours à manger dans nos assiettes et surtout beaucoup d’amour : Je suis très fier d’avoir de tels parents intelligents et travailleurs . ( Et ils ne manifestent pas car ils sont très tolérants ).
    PS: Je tiens à remercier ce site de Littérature audio , merci a toutes ces voix charmantes et chaleureuses qui sont très importantes pour nous les aveugles et malvoyants .

  8. cle de ceze le 13 décembre 2013

    Florence ( billet du mois de Mai) résume bien ma vision des choses. Je (comme beaucoup) connais la fortune des Rougons et les « grands textes » de Zola.
    je trouve celui ci bien médiocre. Tout y est rabâchè, annoncé, prévisible.
    C’est encore quand il décrit la réalité de la situation sociale de son époque que Zola est le meilleur ( la maison des nourrices, quel effroi !)
    Merci a Pomme pour sa lecture… sans se lasser des redites du texte.
    Je n’ai qu’un problème avec ce site de livres audio: les coupures sont trop rares, les plages trop longues et le moindre souci fait qu’il faut réécouter parfois 1/2 heure avant de reprendre la suite du texte! svp, faites des « plages  » mois longues(une coupure toutes les 2 ou 3 pages de texte)
    merci quand même : c’est précieux de pouvoir accéder à ces textes.

  9. francis59 le 2 octobre 2014

    merci pomme pour toutes vos lectures toujours aussi enrichissantes.
    De zola j’ai terminé les rougon macquart,les trois villes et je suis en train de lire le cycle des quatre évangiles.
    Il faut absolument que je puisse écouter toutes les publications de Zola; même les pavés de 900 pages!
    je voulais apporter ici une petite précision pour le matériel que j’utilise pour écouter vos lectures:
    j’utilise souvent un milestone312! le lecteur enregistreur de livres numériques qui est très pratique reprend le texte là ou vous l’avez quitté! ce qui est utile et nécessaire quand on écoute 2 ou 3 livres par semaine!
    ceci pour répondre au commentaire précédent de clé!
    et pour les livres qui ne figurent pas sur litteratureaudio le milestone lit aussi les textes sur les sites de téléchargements gratuits: http://www.ebooksgratuits.com/ avec la voix de claire 22khz une voix de synthèse fiable et précise! bien sûr la voix de pomme est plus naturelle; et avec des voix humaines on écoute aussi plus de livres!
    encore merci pomme et bonne continuation!
    http://www.netvibes.com/francis5915#TOUS_LES_LIVRES_AUDIO_DE_FRANCIS
    http://www.netvibes.com/francis5915#DES_VOIX_HUMAINES_ET_DES_LIVRES_AUDIO http://francisherin.wordpress.com/

  10. may le 27 février 2015

    Bonjour Pomme,
    Merci beaucoup pour votre lecture bien agréable!!.
    C’est bien vrai que les idées de Zola peuvent paraître bien obsolètes à notre époque, c’est vraiment une utopie!. La chance que ont Matthew et Marianne ne l’ont pas tous les familles nombreuses, même s’il y a amour, les problèmes économiques peuvent gâcher tout. Je me demande bien que aurait fait Marianne si perdait à Matthew tout seule avec les premiers cinq enfants!!. Bon, en dépit de ses idées obsolètes en contre de une anti conception, Zola nous décrive comment toujours une réalité social bien fidèle à son époque.
    Merci encore Pomme, j’adore votre façon de lire!!

  11. Ricou le 15 juin 2016

    Zola aux idées obsolètes… aaah ? tiens ?
    Merci d’y insister dans les commentaires, car j’avais plutôt l’impression du contraire en écoutant ce livre et avant d’en lire les commentaires.
    Oui, certes, cette impression m’a imprégné à la lecture de « Travail » et « Vérité ». Moins à celle de « Fécondité »
    Je ne suis ni mère, ni femme. Mais comme la plupart des « hommes » de ma génération, je suis encore fils d’une femme, et qui plus est, d’une femme qui a dit m’avoir désiré, attendu, voulu. J’espère n’être pas déjà une exception. J’ai conscience que de plus en plus de nos enfants ne sont pas le fruit de « l’union » de leurs « parents », mais son nés dans des choux en verre. Un couple ami a trois enfants ainsi conçus. Une fille aînée, deux jumeaux cadets de trois ans, en fait… des triplés légèrement décalés puisqu’ayant été conçus dans le même « bouillon » (c’est le terme) mais dont les deux derniers sont restés en congélation jusqu’à ce que la « banque » demande aux parents que faire des embryons surnuméraires. Je les aime beaucoup, mais voici bientôt l’adolescence, et… déjà on voit venir des difficultés. Ils ne savent pas encore comment ils ont été conçus, ce ne sera pas facile de leur dire qu’ils ont été conçus en laboratoire, le même jour à la même heure. Je ne critique personne, on dit qu’il faut évoluer. Merci aux Zola du 21è siècle réécrivant un poème à la fécondité en s’extasiant devant les dizaines de méthodes dites « artificielles » issues du « génie » humain pour subvenir aux carences laissées par une évolution hasardeuse qui a duré des centaines de milliers d’années. Peut-être n’y aura-t-il simplement plus besoin des hommes dans ce nouveau roman.
    Certaines pages assez lyriques de « Fécondité » ne pourraient-elles pas inspirer, timidement, un certain retour aux sources sans crouler sous les accusations d’archaïsme, de retour au passé obscurantiste, et tout le fatras des clichés un peu usés ?
    Puis-je, timidement, poser une question en tant « qu’homme » aux lectrices déçues de ce livre ? en quoi la vision de la maternité de Zola dans ce roman est-elle à ce point obsolète ? Elle est idéalisée, certes, je ne le nie pas.
    Mais aussi paradoxal que cela paraisse, j’y vois aussi une bonne dose de réalisme. L’horreur qui accompagne les avortements clandestins semble justifier une prise en charge officielle et « propre » de ses opérations aujourd’hui banales et plus « sûres », du moins pour la mère. On a mis ainsi un beau pansement pour cacher une plaie qui ne guérit pas pour autant. Ah oui, c’est vrai, avoir aujourd’hui un avis un peu différent de l’opinion générale sur cette question, considérée comme classée, attire à soi des soupçons de machisme, une accusation de vouloir priver la femme de ses droits, en particulier d’user de son corps à sa guise. Zola, montre pourtant que dans un tel drame, l’homme n’est pas toujours bourreau, et qu’il est même parfois lésé. Sous prétexte d’un droit à son corps, la femme, la mère, peut-elle simplement faire comme si elle était seule protagoniste de son acte ? Que fait-on de l’enfant, et, qu’on me pardonne ma naïveté, que fait-on même de l’avis du « père » qui n’est pas toujours la cause ni d’accord avec l’avortement de cet enfant qui, jusqu’à aujourd’hui est aussi le sien ?
    Débat sans doute sans fin. Chère Pomme, je ne veux pas user de votre belle lecture pour lancer semer… la zizanie. Je ne suis pas « Français », mais je ne méprise pas la liberté de parole et, simplement, il ne me déplaisait pas de prendre cette fois la défense de Zola par rapport à certains commentaires. Le pavé dans la marre, en fait, n’est-ce pas lui qui l’a jeté avec cette triple parodie évangélique ?
    Autre point moins chaud, je crois. J’ai aimé ces grands regards de l’auteur sur la fécondité d’une nature parfois difficile à dompter, mais qui ne laisse pas d’éblouir par sa beauté et sa prodigalité. Les champs de blé (…) en particulier.
    J’espère qu’il n’est pas interdit d’écouter ses grandes envolées encore lyriques avec admiration.
    Puis-je faire une comparaison, chère Pomme ? Dans ma vie professionnelle, je prends parfois mes repas dans une cantine. On nous y offre souvent des fruits au dessert. Superbes d’aspect, il faut avouer qu’il est plus aisé aux yeux qu’aux papilles gustatives de jouir de leur saveur. Mais ce n’est pas le point qui m’intéresse ici. Ce qui m’étonne, c’est le nombre de plus en plus grands de fruits… stériles, ou stérilisés ! Je veux dire sans pépin, ou avec pépins atrophiés, minuscules. On était habitués aux bananes, pour ne pas que monsieur (madame) tout le monde puisse faire concurrence à Chiquita dans les dix mètres carrés de son jardinet, bon. Mais maintenant c’est le cas des oranges, des pommes, des pamplemousses, des raisins… Oui, c’est plus facile pour les dents… mais pour ma part, j’ai l’impression de manger un fruit quelque peu mutilé, mutilé dans le seul but de me donner plus de « facilité » à le manger, oserai-je dire sans glisser que manger un fruit équivaut en quelque sorte à en « jouir » ? Oh, voici mon pavé à moi que je jette dans la marre de l’opinion dominante : ces fruits stériles sans pépins… mais Zola nous en parle-t-il pas dans ces femmes qui veulent jouir à n’importe quel prix (fût-ce la stérilisation) sans courir le risque d’être fécondées ? Aujourd’hui que les opérations sont plus aisées et « sans » risque, il est symptomatique de voir l’évolution de ces pratiques dans les statistiques de l’OMS. Personnellement je trouve dommage qu’on prenne appui sur une prétendue liberté absolue pour aboutir à ces pratiques qui me paraissent malgré tout mutilantes. Je sais que je pose en dinosaure, comme en commentant « Vérité ». Mais je remarque aussi que les dinosaures attirent beaucoup la jeunesse.
    Comme pour les fruits, ne confond-on pas aujourd’hui productivité et fertilité ? Voire jouissance et bonheur ? Malgré toutes les utopies que Zola à « semées » dans son œuvre, je lui sais gré, pour ma part, d’avoir rendu à chacune de ces réalités son autonomie par rapport aux autres.
    J’arrête ici pour ne pas vous lasser davantage.
    Non, je ne peux terminer sans vous féliciter pour vos lectures. Tous vos auditeurs vous le disent. Je ne suis pas toujours d’accord avec eux sur tous les points, mais là, si ! Ah oui ! Vous lisez très bien, chère Pomme. Et si vos réponses nous montrent que vous n’aimez pas tout sans distinction dans Zola, on voit cependant que vous l’aimez beaucoup.
    Merci pour votre généreux labeur. On a l’impression qu’il vous donne beaucoup de joie à vous-même en premier lieu. Cette joie, vous la partagez très bien, merci !
    Ricou

  12. Bruissement le 15 juin 2016

    Ah! comme vous avez raison pour les fruits, Ricou! Quand je songe aux pommes d’antan…un peu tachées certes et souvent véreuses… il fallait en enlever, mais ce qui restait était si bon, si parfumé, délicatement imprégné de saveurs subtiles et harmonieuses, ah! les pommes d’antan, les pommes authentiques ne payaient pas de mine mais elles étaient à se pâmer de délice et, à ce qu’on dit, mieux pourvues en vitamines et autres nutriments pour la santé.
    En ce qui concerne la famille, il en est sans doute de même, rien ne vaut l’authentique! je suis assez d’accord avec vous, sur tous les points énoncés…et moi, qui suis femme et mère d’une famille nombreuse, je sais, aussi, de quoi je parle…
    J’ai bien vu, Ricou, que vous posiez la question à celles qui trouvaient la vision de Zola obsolète. Cependant, ma réponse ne vient là que pour vous approuver et remarquer que vous avez raison de ne pas vous laissez intimider par la bien-pensance, jolie comme un fruit moderne, et toujours prête à mépriser ce qui est pourtant si bon.

  13. Ricou le 16 juin 2016

    Oh, merci chère Bruissement!
    Je ne m’attendais pas trop à une approbation sur ce commentaire, et qui plus est par une mère de famille…
    Vous devinez la joie qui accompagne ma surprise.
    J’avais bien lu le commentaire de Christie… mais je le croyais comme un radeau perdu dans l’océan de cette bien-pensance comme vous dites joliment. A deux radeaux, je pensais que les chances de survie était plus grandes. Voilà que nous sommes au moins trois.
    Au passage, merci pour vos nombreuses lectures!
    Ricou
    A bientôt

  14. Pomme le 16 juin 2016

    Tiens ! Tiens ! J’apprends que je suis une « bien-pensante, jolie comme un fruit moderne (merci Bruissement pour ce compliment!) et toujours (toujours, Vraiment?) prête à mépriser ce qui est pourtant si bon »
    Je ne me connaissais pas ainsi…
    Plus sérieusement, Bruissement, je pense que vous vous méprenez sur mon soi-disant « mépris ». Je n’ai absolument rien, mais rien du tout, contre les familles nombreuses ! Où allez-vous chercher cela ? Ce que je dénonce dans ce roman c’est son manichéisme, c’est lui qui est désuet : pour Zola, et je précise: dans ce roman, la femme qui ne veut qu’un enfant unique (idéal longtemps suivi par la bourgeoisie aisée et l’aristocratie), ou qui tente un avortement est une mauvaise femme sur laquelle donc arrivent les pires malheurs. Bien fait pour elle. En revanche, celle qui accueille une nombreuse famille , qui allaite ses enfants, celle-là a droit à tous les bonheurs, d’être aimée comme au premier jour (quel mari idéal!!!), de rester très en forme et très belle même après une douzaine de maternités, aussi belle que sa toute jeune bru. Sincèrement, ici, nous sommes en pleine utopie, non ?
    Aujourd’hui, je pense que personne n’aurait l’idée de jeter la pierre à une femme, à un couple, qui souhaite maîtriser le nombre de ses enfants. C’est en cela que ce roman de Zola me paraît avoir mal vieilli.
    Bruissement, sincèrement, avez-vous lu le roman? ou seulement les commentaires?
    En revanche, que de belles pages sur la maternité, qu’il rend tout à fait attendrissante et belle.
    Et dans les scènes sur les nourrissons, d’un réalisme presque insoutenable, on retrouve le grand Zola.
    Pomme

  15. Pomme le 16 juin 2016

    A Ricou. Je constate avec plaisir que vous n’avez pas été « intimidé par la bien-pensance etc ».
    je vous remercie pour votre commentaire précis et illustré.
    Vous développez une opinion que vous devinez bien que je ne partage pas.
    Excusez-moi si je ne vous réponds pas ici sur les points que vous soulevez, car ce n’est pas le lieu approprié, je pense. Sachez que j’approuve tout à fait le commentaire ci-dessus de Florence.
    Ce qui me rassure c’est que vous voilà 3 dans le radeau, et comme l’union fait la force…
    A bientôt, cher Ricou.

  16. Bruissement le 16 juin 2016

    Chère Pomme,
    C’est vrai je n’ai pas lu ou écouté « Fécondité », je répondais simplement au commentaire de Ricou, avec lequel je suis tout à fait d’accord comme vous l’êtes, vous, avec celui de Florence.
    En parlant de « bien-pensance » je pensais à la chose en général, et ne cherchais nullement à viser quelqu’un en particulier et ne me serais évidemment pas permis, chère Pomme, de vous désigner, vous.
    Contre vents et marées, Ricou a dit ce qu’il a dit. Je l’ai approuvé. Les idées ambiantes qu’il est bienséant d’avoir à notre époque, qu’on nous impose comme vérités ou valeurs, ne sont pas si belles au fond qu’elles paraissent à première vue: voilà ce que j’ai voulu dire sans vous impliquer en quoi que ce soit.
    Vous avez, chère Pomme, le droit de penser ce que vous voulez et vous avez sans doute de solides raisons…veuillez croire, qu’il en est de même pour moi.
    Bien amicalement

  17. Thomas S: le 16 juin 2016

    Il n’est pas facile d’amortir le choc des opinions
    sur un forum de LA, où l’on se veut tellement civilisé et poli.
    Allez ! On s’embrasse tous et on change de sujet !

  18. Fabien le 16 juin 2019

    Un excellent livre que ce premier évangile selon Zola et lut avec brio. Pour une lecture sans pépins, préférez la pomme, vous ne serez pas déçu. :)

  19. Pomme le 17 juin 2019

    C’est votre humour qui est toujours excellent, Fabien!

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.